Peste porcine : Les restes de table doivent être strictement interdits dans l’élevage

37
Elevage de porc à petite échelle (source image : wikipedia)

La peste porcine africaine continue de se propager en Chine mais des produits chinois à base de porc saisis à la douane taiwanaise demeurent encore très nombreux malgré la menace de punition. Les viandes d’importation clandestine pourraient devenir des restes de table et constituer ainsi des fourrages de porcs. Le secteur de l’élevage de porc a affiché son inquiétude en avertissant des conséquences irréparables.

Aujourd’hui, l’association publique des élevages porcins, ROC Swine, a appelé de nouveau à l’interdiction totale et immédiate des restes de table dans l’élevage de porc. Rappelons que les autorités sanitaires avaient déjà annoncé une mesure préventive obligeant les exploitants à faire cuire à 90°C pendant au moins une heure les restes de table avant de les donner aux cochons, faute de quoi ils se verront infliger des amendes à partir du 1er décembre.

Or, pour l’association, cette mesure n’est pas efficace. Lin Chiu-kui (林秋桂), un cadre de l’association a martelé : « Cela fait déjà trois mois et onze jours que l’épidémie a éclaté mais le premier contrôle conjoint sur la préparation de fourrage ne sera entrepris qu’à partir du 16 novembre et les punitions ne seront appliquées qu’à compter de décembre. C’est trop lent ! On a vu qu’à Taichung, certaines fermes ont ignoré la mesure. Il faut agir de manière plus active et plus efficace. » L’association insiste sur l’interdiction totale des restes de table en raison du fait que beaucoup de lacunes persisteraient encore dans leur préparation pour les bêtes.

Selon les chiffres du gouvernement, à l’heure actuelle, les fermes utilisant des déchets de table comme fourrage représentent environ 10% de l’ensemble du secteur. Elles sont en grande partie à petite échelle et estiment que la cuisson préalable de fourrage représente un investissement supplémentaire trop important.