La vente d’armes américaines à Taiwan ne doit pas être examinée par une seule institution

35
Selon Rupert Hammond-Chambers, l'étude des demandes d'armes de Taiwan ne doit pas être menée par une seule institution (source image : wikimedia)

La DSCA, Defense Security Cooperation Agency, des Etats-Unis a annoncé lundi dernier l’approbation de plusieurs ventes d’armes à Taiwan, y compris des pièces de rechange pour avions de chasse et avions de transport.

Selon la décision du gouvernement américain, les demandes de Taiwan seront désormais étudiées cas par cas alors que par le passé les ventes d’armes étaient examinés plutôt en « package ». D’après les spécialistes, ce changement suggère une tendance vers la systématisation des futures ventes. La chambre de commerce américaine à Taiwan a salué aujourd’hui la décision de la DSCA et qualifié de développement positif le renoncement à la pratique d’études en package.

Cependant, pour Rupert Hammond-Chambers, président de la Chambre de commerce, l’étude des demandes d’armes de Taiwan ne doit pas être menée par une seule institution. D’autres unités, y compris le Pentagone, le département d’Etat, le conseil à la sécurité nationale de la Maison Blanche, le commandement Indo-Pacifique ainsi que l’Institut américain à Taiwan, devraient aussi être engagés afin de réunir les différents points de vue.

Hammond-Chambers a par ailleurs déconseillé de prendre en considération les éventuelles réactions de Pékin lors de la prise de décision de toute vente d’armes.