Taiwan renforce les contrôles pour le respect des droits des pêcheurs étrangers

95
Bateau de pêche taiwanais. Image CNA

Dans le but de protéger les intérêts des pêcheurs étrangers, la commission ministérielle de l’agriculture travaille actuellement à l’élaboration de réglementations spécifiques en coopération avec des experts tout en renforçant les inspections et contrôles à bord des bateaux en haute mer pour s’assurer du respect des lois en vigueur.

Le vice président de la commission, Chen Chi-chung (陳吉仲), a insisté sur les efforts du gouvernement taiwanais de renforcer la protection des droits des pêcheurs étrangers d’autant que les contrôles actuels révèlent de nombreuses violations des mesures actuelles : « En cas d’impossibilité de prouver que chaque pêcheur étranger employé est rémunéré à 450 dollars américains, nous définirons des mesures plus strictes. Par exemple, nous pourrons exiger de tous les bateaux de pêche et de leurs propriétaires qu’ils octroient cette somme à tous leurs membres d’équipage à travers des banques publiques. Grâce à un listing du secteur des finances publiques, nous pourrons retracer chaque opération et s’assurer du versement réel du salaire. Par ailleurs, nous n’excluons pas la possibilité d’équiper tous les chalutiers d’un téléphone satellite dont le coût sera pris en charge par le gouvernement. »

Précisons que près de 30% des 65 chalutiers et 133 marins pêcheurs inspectés jusqu’à maintenant sont en infraction soit au niveau du salaire qui s’avère inférieur au minimum fixé par la loi, soit au niveau de la durée du travail.

Depuis la révision de la loi en janvier 2017, les pêcheurs en haute mer doivent bénéficier de dix heures de repos minimum par jour et de 4 jours de repos minimum par mois. Taiwan compte 1100 chalutiers de pêche hauturière qui emploient environ 19 000 pêcheurs étrangers.