Le caractère 六 (liù) : six

172

Le caractère d’origine semble être uniquement homophone. ‘liù’ serait alors un emprunt phonétique désignant aujourd’hui le chiffre ‘six’ mais dessinant à la base une ancienne tente mongole, la fameuse yourte. Toutefois, cette étymologie est peu claire, d’autant plus que le caractère 六 ne porte que ce sens arithmétique.

Cela dit, en décomposant le caractère, nous apercevons un sens de base qui s’esquisse et s’impose comme de lui-même. Commençons par le radical du caractère : le toit, (宀), sous lequel est apposé l’élément 八 (bā) comme socle ou piémont. Cette partie inférieure vient alors esquisser une sorte de hutte ou de tente, laissant retrouver finalement l’étymologie de la yourte mongole. Pour autant, il ne s’agit pas de la seule interprétation puisque certains voient dans le caractère 六 la représentation d’une petite colline symbolisant un surplus, un monticule escarpé représenté par le toit (宀) et la base inférieure (八) courbée comme fuyante, imageant alors le concept d’au-delà, de limite dépassée. Le sens porteur du chiffre six serait alors tout trouvé puisque dans la pensée arithmétique chinoise, le chiffre six est ce qui dépasse le décompte dit normal, celui des 5 doigts de la main. L’au-delà du cinq, c’est en premier lieu le six même dans un environnement sans colline aux courbes fuyantes.

Toujours est-il que dans sa forme actuelle, le caractère chinois 六 s’écrit avec un  (tóu) dans sa partie supérieure, à la place du toit (宀). Cet élément est comme le couvre chef de la hutte esquissée en son-dessous, 亠 signifiant couvercle… finalement pas si loin du toit car qu’est-ce que le couvercle ou chapeau d’une tente, d’une hutte sinon son toit ? En tout cas, cette différence est de taille car il existe un caractère différent du chiffre six : 穴 xuè, qui signifie trou ou cavité en cela qu’il dessine un espace creux où il est possible de s’abriter comme une petite grotte, un refuge naturel ou non, telle une habitation troglodyte.