Pour les 60 ans de la découverte des vestiges Shihsanhang du Nouveau Taipei, 12 objets antiques sont exposés

72

Les Shihsanhang du Nouveau Taipei font partie des huit principaux sites archéologiques nationaux à Taiwan. Cette année on célèbre les 60 ans de la découverte de ces vestiges. Ils se trouvent au niveau de l’estuaire de la rivière Tamsui. Les propriétaires de ces vestiges ont vécu à peu près il y a 500 à 1800 ans avant ce jour. Parmi les artefacts qui ont été déterrés lors de leurs découvertes, il y avait de la poterie, des outils en fer ainsi que des tombeaux. Ces objets ont été datés à l’ère préhistorique à Taiwan, à l’âge de fer. Il a été découvert que les Hommes de cet époque possédaient les techniques pour faire fondre et travailler le fer.

C’est le professeur de géologie Lin Chao-chi (林朝棨) de l’université de Taiwan qui a identifié et donné le nom de Shihsanhang à ces vestiges. En 1957 et en 1959, un archéologiste, Shih Chang-ju (石璋如), a amené ses étudiants sur le site pour la première fois.

De 1990 à 1992, pour protéger les artefacts présents sur les lieus de la construction de l’usine de traitement des eaux usagées de Bali, la communauté archéologique ainsi que des citoyens lambda se sont joints pour aller déterrer et sauver énormément de poteries, d’objets en métaux ainsi que d’artefacts en pierre.

Parmi ces artefacts, 12 ont officiellement été listés dans les « Antiquités importantes » par le ministère de la culture. Ces 12 items sont exposés pour la première fois à l’exposition « Les 60 classiques – Shihsanhang ». On peut aussi retrouver dans cette exposition des poignées en bronze, des anneaux en verre, des poteries etc. L’année dernière, la fameuse « Renmian Taoguan », ou poterie en forme de visage, a été restaurée par un groupe de spécialiste qui se sont rendus à Taiwan pour cette tâche.

Voici les propos du commissaire du musée de Shihsanhang, Lee Lee-yun (李麗雲) : « La Renmian Taoguan est exposée dans notre musée, c’est la seule à Taiwan et même la seule au monde, c’est le trésor de notre musée. C’est un objet funéraire. On peut voir d’après le visage représenté sur la poterie à quoi ressemblaient à peu près les gens de l’époque. Cette poterie reflète le savoir faire et la richesse créative de l’époque. »

Depuis l’époque des Shihsanhang, les échanges via les transports maritimes se sont développés et c’est pour cela que des objets comme des perles de verre ou encore des perles d’onyx, vraisemblablement originaires d’Asie du Sud-Est ou de Chine, ont été détérrés.

De plus, on a une preuve du commerce au sein des différentes régions de Taiwan notamment avec la poignée en bronze du totem qui est similaire aux items des Paiwan vivant dans le sud de Taiwan.