Après l’assassinat d’une fillette, les législateurs réclament des peines plus fortes

23

Ting Shou-chung et Wang Yu-Min, deux députés du parti nationaliste Kuomintang ont proposé aujourd’hui au parlement un amendement du Code Criminel afin de durcir les peines en cas de meurtre aléatoire ayant eu lieu dans des lieux publics comme les transports ou les écoles. Cette demande fait suite à la mort d’une petite fille de 8 ans qui a été égorgée dans son école de l’arrondissement de Beitou vendredi dernier par un individu qui s’était infiltré dans l’établissement scolaire. Ce meurtre gratuit a soulevé l’indignation de l’opinion publique taiwanaise. Pour l’instant ce type de crime est passible de la peine de mort, d’une peine à perpétuité ou d’une peine d’emprisonnement de 10 ans ou plus.

Les législateurs demandent que dans le cas d’une atteinte physique de la victime, la peine soit augmentée, ils demandent aussi que les accusés perdent le droit de remise en liberté conditionnelle. Wang Yu-Min souhaite pour sa part qu’une clause soit ajoutée au Code Criminel, précisant qu’en cas de meurtre d’enfants de moins de 12 ans, la sentence minimale soit l’emprisonnement à vie ou la peine de mort. Ting Shou-chung a déclaré : « L’article 271 en vigueur stipule que l’auteur d’un meurtre est passible de la peine capitale, de l’emprisonnement à perpetuité ou d’une peine de plus de 10 ans de prison. Mais ce que nous voulons c’est que soit ajoutée une mention qui dise qu’en cas de meurtre aléatoire dans des lieux publics, les transports publics ou les écoles primaires et collèges, la sentence doit être la peine capitale ou l’emprisonnement à vie. »