Le Président Ma en vidéo conférence : initiative de paix en Mer de Chine méridionale

25

Ce matin, le Président Ma Ying-jeou était en vidéo-conférence avec l’université californienne Standford. En répondant à une question du professeur Thomas Fingar, le Président taiwanais a exprimé son avis sur les tensions de souveraineté en Mer de Chine Méridionale en réitérant son initiative de paix dans cette région du monde comme moyen pour les apaiser. Questionné plus en profondeur sur le sujet par le professeur américain, le Président a étayé sa proposition en avançant que si  la souveraineté ne serait pas remise en jeu, cette initiative de paix proposerait dans le même temps aux différentes parties, dont la Chine continentale, le Vietnam ou encore les Philippines la possibilité d’exploiter conjointement les ressources de la région en mettant de côté les sujets de litiges.

Notons que le Président Ma Ying-jeou base cette initiative sur le modèle de la proposition similaire qu’il a lancé en 2012 au sujet des disputes de souveraineté en Mer de Chine Orientale et qui ont permis à Taiwan et au Japon de conclure un accord de pêche. Si Ma Ying-jeou a exprimé au professeur américain qu’il sera bien plus difficile de résoudre les tensions en Mer de Chine méridionale qu’en Mer de Chine Orientale, il a analysé la situation sous les propos suivants :  « En dehors des idées larges et générales de paix, de réduction des tensions et de stopper l’escalade ou l’expansion des actions unilatérales qu’évoque l’initiative de paix en Mer de Chine méridionale, nous avons également préparé une feuille de route qui sera présentée dans un futur proche. Je dois avouer à ce propos que la situation dans cette région est bien plus ardue qu’en Mer de Chine Orientale. Il y a davantage de parties qui clament leurs droits et la région de mer est bien plus vaste, ce qui nous force à faire preuve de patience. »

Questionné ensuite sur l’opinion des Taiwanais sur les relations interdétroit si la Chine se venait à se démocratiser, le Président taiwanais a mis en avant l’avancée notable que cela pourrait représenter. Un système chinois démocratique aiderait à réduire les écarts entre les peuples des deux rives du Détroit selon Ma Ying-jeou : « Si nous l’avons fait et si la Chine continentale le faisait également, je suis certain que le fossé psychologique entre les deux rives se réduirait de manière significative. Je ne peux bien entendu promettre que la population serait en faveur de l’unification mais les peuples des deux rives pourraient alors au moins réfléchir sur un mode de pensée similaire. »

Pour l’heure, le statut quo stipulant ni réunification, ni indépendance reste le scénario politique de base pour la République de Chine par rapport à la Chine continentale.