Voyage présidentiel : Un dernier mot présidentiel sur les relations interdétroit avant le décollage

31

Juste avant d’embarquer sur un vol de la China Airlines aujourd’hui, pour un séjour de huit jours incluant des visites dans trois pays alliés diplomatiques de Taiwan en Amérique Latine et dans les Caraïbes, le Président de la République Ma Ying jeou, a rappelé l’importance du consensus de 1992 comme base de développement des relations interdétroit. Ses propos s’insèrent sur un fond de prémices de campagne présidentielle pour 2016: « Nous nous basons sur le consensus de 1992 qui laisse libre l’interprétation d’Une seule Chine et qui a permis de procéder à un tournant vers un cercle vertueux de relations interdétroit et à l’international. Il s’agit d’un virage pris par rapport au cercle vicieux du passé dont nous ne sommes pas les seuls à clamer. Ces deux dernières années, des membres officiels du département d’Etat américain n’ont eu cesse de rappeler que le développement constructif des relations avec la République de Chine est intimement lié au développement stable des relations interdétroit. »

Alors que le pays n’entretient des liens diplomatiques qu’avec 22 pays dans le monde, le Président a avancé que 142 pays accordent des mesures préférentielles à la République de Chine, dont les exemptions de visas pour les Taiwanais y séjournant à court terme.

La candidate présumée pour les présidentielles de janvier 2016 pour le KMT, Hung Hsiu-chu, a d’ailleurs répondu aux propos présidentiels dès aujourd’hui en mettant l’accent sur la valeur de ses propos : « Nous respectons bien entendu tous, les propos présidentiels. Il s’est escrimé ces dernières années, que ce soit au niveau du développement des échanges interdétroit qu’au développement de bonnes relations avec les Etats-Unis. En effet, si les relations interdétroit sont dans une mauvaise passe, ne trouvant pas de stabilité, de même les relations taiwano-américaines seraient également marquées par les problèmes. »

A noter que la remarque de Hung Hsiu-chu fait écho aux critiques exprimées par diverses personnalités quant à son respect du consensus de 1992 comme base de développement interdétroit. Chu Liluan, président du parti du KMT avait cette semaine affirmé que la politicienne partageait les valeurs et les politiques du parti.