Les habitants de Taisi accusent le groupe Formosa Plastics de les avoir empoisonné

26

Un groupe de 74 habitants de la commune de Taisi dans le comté de Yunlin au centre-ouest du pays ont déposé une plainte collective jeudi dernier contre le groupe Formosa Plastics, demandant des dédommagements à hauteur de 70 millions de dollars taiwnais, soit 2,16 millions de dollars américains. Ils accusent le groupe d’avoir mis leur santé en danger au travers de leur complexe de pétrochimie effectuant des opérations de vapocraquage.

Le groupe de plaignants a donc entamé des poursuites civiles à l’encontre de différentes compagnies du groupe : Formosa Petrochemical, Formosa Plastics, Nan Ya Plastics, Formosa Chemicals and Fibre et Mailiao Power. La somme réclamée en compensation a été calculée pour couvrir les frais médicaux, les manques à gagner, les dommages psychologiques et frais funéraires des personnes déjà décédées de maladies causées par les polluants émis par ces opérateurs selon les plaignants.

Il s’agit du premier cas de poursuite judiciaire du pays à baser ses revendications sur des recherches universitaires relatives aux dangers pour la santé en lien avec l’environnement. En effet, les cas semblables de pollution de l’air, des sols ou de l’eau sont nombreux à Taiwan, mais il est très difficile de produire les études prouvant l’effet que ces différentes pollutions sur la santé des populations qui en sont affectées. Concernant le groupe Formosa Plastics, une étude conduite en 2012 par Chan Chang-chuan, professeur à la prestigieuse Université nationale de Taiwan a montré que le taux de cancers chez les populations habitant à moins de 10 km du site incriminé avait été multiplié par 4 entre les périodes de 1999 à 2001 et de 2008 à 2010. Le 6ème vapocraqueur du site avait justement été mis en fonctionnnement en 1998.

Selon l’avocat des victimes Thomas Chan, au cours des 5 dernières années, 645 violations environnementales ont été recensées, soit en moyenne une infraction tous les 2,8 jours pour lesquelles le groupe a déjà payé des amendes d’un total de 300 millions de dollars taiwanais, soit 9,3 millions de dollars américains. Les plaignants expliquent que chaque jour dans le pays une moyenne de 4,5 personnes meurent des cancers liés à la pollution de l’air causée par les vapocraqueurs.

La protection environnementale est encore trop faible pour assurer la sécurité sanitaire des populations exposées à des pollutions importantes dans plusieurs lieux du pays. L’avocat Thomas Chan appelle le gouvernement central à créer un programme inter-municipalités de contrôle de la pollution, car selon lui toutes les villes et tous les comtés de Taiwan à l’exception de Taitung sont touchés par les pollutions émises par les vapocraqueurs de l’industrie pétrochimique.