Accord sur la pêche entre Taiwan et les Philippines

26

Quelques heures après que les médias ont dévoilé cette nouvelle, le ministère des affaires étrangères s’est hâté de tenir une conférence de presse cet après-midi pour annoncer officiellement la signature de l’accord. Il s’agit d’un accord préparé depuis plusieurs mois qui servira comme normes pour les interventions des garde-côtes dans les eaux partagées. Le document en sept points définit les processus à respecter lors des interventions des garde-côtes pour empêcher les chalutiers opérant dans les eaux partagées.

Selon l’accord, les forces de l’ordre maritimes doivent éviter de recourir à la force. Les deux parties doivent mettre en place un mécanisme de communication directe pour les dossiers urgents. Les marins détenus doivent être remis en liberté dans les meilleurs délais. Par ailleurs, les garde-côtes ont l’obligation d’informer trois institutions de la contre partie, à savoir les autorités de la pêche, la représentation diplomatique et les garde-côtes, au moins une heure avant toute arrestation du personnel à bord du chalutier en cause. En cas d’une mise en garde à vue, les détenus doivent être remis en liberté au plus tard trois jours après avoir versé une caution ou une amende relative.

Néanmoins, les deux parties restent en désaccord sur la définition de la zone sous le contrôle légale des Philippines. Manille réclame que les patrouilles régulières de ses garde-côtes peuvent atteindre juqu’aux 24 miles nautiques de ses côtes alors que la partie taiwanaise affirme qu’elles doivent se limiter dans les 12 miles nautiques. Le ministre des affaires étrangères Lin Yung-lo a expliqué : « Nous pensons que la pratique des Philippines n’est pas conforme à l’esprit de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer. Les Philippines disposent de leurs propres règles et nous avons nos mesures pour protéger nos chalutiers. Davantage de discussions seront nécessaires sur ce point. Nous souhaitons que lors des prochaines réunions des délégations techniques, nous obtiendrons certaines ententes. » Les négociations prévues pour le premier semestre 2016 seront consacrées à ce dossier.

En réalité, l’accord a été signé à Taipei il y a déjà trois semaines. Plus tôt dans la journée, le président de la Commission ministérielle de l’agriculture Chen Bao-ji a expliqué pourquoi la révélation tardive. « L’accord taiwano-philippin a été signé mais la partie philippine souhaitait éviter des ennuis inutiles durant le forum de l’APEC. L’annonce officielle doit être faite par le ministère des affaires étrangères puisque c’est la diplomatie qui a signé l’accord au nom de l’Etat. La commission en a témoigné, » a-t-il dévoilé.