Une sanction historique dans un dossier de cartel international

35

A l’issue d’une enquête menée en collaboration avec les Etats-Unis, l’Union Européenne et Singapour depuis mars 2014, la commission ministérielle de la concurrence sanctionne aujourd’hui dix producteurs de condensateurs du Japon, de Hong Kong, des Etats-Unis et de Taiwan. Les dix entreprises impliquées comme NCC ou Rubycon du Japon s’échangent des informations sensibles de manière multilatérale ou bilatérale concernant les prix, la capacité de production, la quantité de production ou encore la réponse aux clients. Cette pratique existe d’ailleurs depuis dix ans. La commission de la concurrence sanctionne les entreprises impliquées pour cette pratique de cartel à hauteur de 5 796 600 000 de dollars taiwanais, c’est-à-dire environ 162 millions d’euros. Cette somme historique s’explique par le fait que Taiwan importe des condensateurs dans 97% des cas et les entreprises en question ont réalisé des ventes dont la valeur dépasse les 66 milliards de dollars taiwanais, c’est-à-dire 1,8 milliards d’euros. Chiu Yung-ho, vice-président de la commission, a détaillé l’impact de ce cartel sur Taiwan : « Ce cartel a une lourde influence sur les coûts de revient des sociétés taiwanaises comme Delta Electronics ou Innolux. La sanction que nous instaurons aujourd’hui a pour objectif de freiner les entreprises dans cette pratique de cartel. Ceci allègera nos fabricants dans leurs coûts de revient. » Dans cette enquête internationale, Taiwan est le premier à sanctionner les entreprises en question pour cartel.