Le DPP œuvrera pour le maintien de la paix interdétroit

24

La nouvelle présidente élue Tsai Ing-wen est de nouveau réapparue devant les médias aujourd’hui aux côtés de son colistier Chen Chien-jen, après un repos post-électoral.

 

Récemment, plusieurs analystes chinois ont affiché leur pessimisme quant à l’évolution des relations entre Pékin et Taipei, du fait qu’à leurs yeux, Tsai Ing-wen refuse de poursuivre les discussions sur la base du consensus de 1992 qu’elle ne reconnaît pas.

 

Interrogée sur la question par les journalistes, Tsai Ing-wen a souligné que le DPP se préoccupe des relations interdétroit qu’il souhaite traiter soigneusement, refusant de voir un risque de suspension des échanges : « J’estime que les interactions actuelles entre les deux parties sont plutôt bonnes. Nous traiterons ces dossiers avec prudence. »

 

Dans le même temps, actuellement en déplacement aux Etats-Unis, le secrétaire général du DPP Wu Chao-hsieh (Joseph Wu) a été invité à s’exprimer sur la politique interdétroit de son parti par le groupe de réflexion américain CSIS et l’institution Brookings à Washington, l’occasion pour lui de réaffirmer qu’il en va aussi de l’intérêt du parti d’œuvrer pour le maintien de la paix interdétroit, préférant mettre l’accent sur la priorité de l’adoption de la loi sur la supervision parlementaire des accords interdétroit que sur la question du consensus de 1992.