Les académiciens chinois critiques vis-à-vis du texte sur la surveillance des accords interdétroit du DPP

36

La proposition de texte sur la surveillance des accords interdétroit du DPP a été dévoilée le 1er avril. Le journal chinois « Le quotidien du peuple » a publié un article aujourd’hui indiquant que de nombreux académiciens spécialistes des questions interdétroit considèrent que ce texte serait une obstruction au développement des relations entre les deux rives et qu’il n’était en rien bénéfique. Ils ont souligné que les discussions d’accords entre les deux rives s’arrêteraient le jour où ce texte serait adopté.

 

Liu Xiangping [劉相平], responsable de l’institut des recherches taiwanaisesà l’université de Nanjing en Chine, a déclaré que « les bonnes intentions » du DPP dans ce texte se traduisent par l’emploi de l’expression neutre « les deux rives », au lieu d’utiliser des mots à effet provocateur comme « Taiwan » et « la Chine » par exemple. En ce sens, il considère que ceci est un effort, mais il souligne que du point de vue des règlements, on discerne tout de même une orientation sur le mode « une Chine, un Taiwan » soit une relation d’Etat à Etat. Un autre responsable de l’institut de l’université de Xiamen a quant à lui fait part que la signature d’accords entre les deux rives était le fruit de bonne volonté de part et d’autre du détroit. Si ce texte est effectivement voté et mis en vigueur, il est fort possible que les accords interdétroit soient très difficiles à mettre en place et que la confiance mutuelle de ces deux territoires soit brisée. Selon Ni Yongjie [倪永杰], travaillant au sein de la section de recherche taiwanaise à l’université de Shanghai, ce texte est fondalement teinté de mauvaises intentions et ne permettra pas le développement des échanges. Il prône que si l’élue présidentielle de Taiwan Tsai Ing-wen veut réellement faire preuve de bonne volonté, il lui faut reconnaître le consensus de 1992, selon lequel les deux rives du détroit s’entendent sur le fait d’appartenir à « une seule Chine ».