Fraude « made in Taiwan » : 99 Taiwanais en détention à l’étranger

26

Après le cas du Kenya, la police malaisienne a arrêté en fin de mois dernier 52 Taiwanais suspectés d’être impliqués dans des arnaques téléphoniques. Parmi ceux-là, 20 sont revenus quelques jours plus tôt à Taiwan et ont été remis en liberté en raison d’un manque de preuves concluantes. Ils ont dû remplir un formulaire de la police et répondre à quelques questions avant d’être relâchés. Certains des suspects ont fait part aux médias qu’ils étaient « reconnaissants d’avoir pu rentrer à Taiwan, un pays où les droits de l’Homme sont respectés ».

 

Le ministre de l’intérieur Chen Wei-zen [陳威仁], interrogé aujourd’hui au parlement, a déclaré que la police a procédé à 3 heures d’interrogatoire individuel, et que la grande majorité des suspects avaient avoué participer à des arnaques téléphoniques. Cependant, sous le régime de la loi actuelle, sans possession de preuves concluantes, il n’y a rien que la police puisse faire. Il s’est également exprimé sur les Taiwanais en détention au-delà des frontières : « Actuellement, il y a 99 Taiwanais qui purgent une peine de prison ou sont en détention à l’étranger : 14 aux Philippines, 40 en Egypte, 34 en Thaïlande, 5 au Kenya, 6 en Corée du Sud. »

 

Quant aux Taiwanais transférés du Kenya vers le continent chinois, le ministère de la justice enverra une délégation en Chine afin de discuter de l’affaire. Chen Wei-zen a signalé que l’agence nationale de police avait déjà signé un accord de lutte contre le crime avec l’autre rive et que des coopérations ont déjà eu lieu par le passé. Il espère que les deux rives pourront réunir des preuves concrètes et élargir l’enquête afin que les criminels ne restent pas impunis.