L’ouverture ou non à la viande de porc à la ractopamine continue de faire débat

32

Le gouvernement taiwanais ouvrira-t-il les portes à la viande de porc à la ractopamine importée des Etats-Unis ? Le porte parole du futur gouvernement Tong Chen-yuan [童振源] a déclaré aujourd’hui qu’il était encore trop tôt pour s’exprimer sur ce point, insistant que l’évaluation d’une politique en ce sens n’avait pas démarré. Selon lui, quatre points sont essentiels d’avant de considérer cette option : constituer un système complet de sécurité alimentaire, renforcer la compétitivité des agriculteurs, s’accorder avec les standards internationaux et promouvoir le débat national. 

 

Tong Chen-yuan : « Ce n’est que lorsque nous aurons réalisé ces quatre points que nous débuterons réellement les négociations formelles et le suivi. Je pense que pour l’heure, il ne faut pas simplifier ceci à va-t-on ou non ouvrir les portes [à cette viande], car il y a tout un tas de conditions préalables et de processus qu’il faut d’abord respecter. »

 

Le porte-parole du futur gouvernement a également ajouté qu’il est nécessaire de prendre en compte la tendance mondiale. Bien que par le passé, il y ait toujours eu insistance pour une détection zéro résidu, cela a changé. Lorsque le codex alimentarius de l’OMS fixe des montants de résidus maximum, il est nécessaire de se conformer aux normes internationales.Il a ajouté que le gouvernement s’appuiera sur les cas du Japon et de la Corée, mais que les inquiétudes de la population devront aussi être prises en compte. Tong Chen-yuana souligné que deux des candidats majeurs à la présidentielle des Etats-Unis, Hillary Clinton et Donald Trump étaient opposés au TPP et qu’il y avait donc des incertitudes quant à l’évolution de la politique américaine. Rappelons que les Etats-Unis avaient posé l’importation de viande de porc à la ractopamine comme l’une des conditions préalables à l’entrée de Taiwan dans le TPP. Selon le porte-parole, la question de la viande de porc ne sera pas mise sur la table de sitôt.