L’invitation de Taiwan pour la participation à l’AMS confirmée

22

Taiwan a reçu ce week-end l’invitation officielle de la part de l’OMS pour participer à l’Assemblée mondiale de la santé (AMS) du 23 au 28 mai à Genève. Le Premier ministre Simon Chang [張善政] a confirmé que celle-ci avait été transmise aux mains du parti démocrate progressiste (DPP), qui prendra les reines du pouvoir à partir du 20 mai prochain. Contrairement aux invitations précédentes, il a été mentionné dans celle-ci la résolution n°2758 de l’ONU passée le 25 octobre 1971, reconnaissant la République populaire de Chine comme la seule représentante légitime de la Chine aux yeux des Nations unies, et rejetant les représentants de la République de Chine.

 

Le Premier ministre a invité ce week-end le DPP à exprimer sa position sur la notion d’une seule Chine inscrite sur l’invitation. Hier, un porte-parole du DPP a déclaré que Taiwan participera à l’AMS mais que cela ne signifiait pas qu’elle adhérait au principe d’une seule Chine comme mentionné sur l’invitation. Ce dernier a fait part que l’ajout de cette mention ne concernait pas Taiwan et a cité l’un des principes fondamentaux de la constitution de l’OMS : « La possession du meilleur état de santé qu’il est capable d’atteindre constitue l’un des droits fondamentaux de tout être humain, quelles que soient sa race, sa religion, ses opinions politiques, sa condition économique ou sociale. »

 

Il a également souligné que la participation de Taiwan ne devrait pas être limitée par un cadre politique. La réponse de Taiwan à l’invitation exprimera clairement la position du nouveau gouvernement sur le principe d’une seule Chine. Cette remarque intervient peu après la déclaration d’un porte-parole du bureau des affaires continentales de Taiwan ayant expliqué que la participation de Formose avait précédemment pu se faire avec le statut d’observateur grâce à un arrangement spécial dans le cadre du consensus de 1992. L’élue présidentielle Tsai Ing-wen et le parti démocrate progressiste n’ont en revanche jamais reconnu l’existence d’un tel consensus.