Les vaisseaux des garde-côtes ne seront pas retirés des eaux d’Okinotorishima

34

Fin avril, un chalutier taiwanais, Tung Sheng Chi N° 16, et son équipage à bord ont été détenus par les garde-côtes japonais pour avoir opéré dans les eaux près de l’atoll japonais Okinotorishima situé à l’est de Taiwan. Après avoir payé une caution importante, les marins ont pu regagner l’île à bord de leur bateau. Ce dossier a augmenté les tensions entre Taiwan et le Japon. Le gouvernement taiwanais a dépêché des navires armés dans les eaux disputées afin de protéger les bateaux de pêche taiwanais opérant dans la zone.

 

Aujourd’hui, alors qu’il était en inspection sur l’île de la tortue près de la zone contentieuse, le chef de l’Etat Ma Ying-jeou (馬英九) a été invité à s’exprimer à propos de ce dossier territorial. Selon le président, les pêcheurs sont satisfaits de la réaction du gouvernement parce qu’avec le soutien des garde-côtes, ils peuvent maintenant remplir pleinement leur bateau en seulement quatre jours alors qu’auparavant, il leur fallait sept jours. « Les pêcheurs m’ont remercié. Cela me rassure. Tout le monde sait maintenant que cette zone internationale est très importante pour les pêcheurs taiwanais. Nous ne devons pas l’abandonner et laisser d’autres pays occuper illégalement et continuellement ces eaux publiques, » a avancé le chef de l’Etat. Le président a demandé au Japon de respecter la convention des Nations Unies sur le droit de la mer dont l’archipel est un pays signataire. Il l’a aussi appelé aux négociations avec Taiwan sur ce dossier.