Tsai Ing-wen reconnaît les faits de la rencontre interdétroit de 1992

24

Aujourd’hui sur l’esplanade du Palais Présidentiel a été organisée une cérémonie solennelle célébrant l’investiture de la nouvelle Présidente Tsai Ing-wen (蔡英文). Le discours d’investiture de la Chef de l’Etat, retransmis en direct par plusieurs chaînes de télévision, aussi bien taiwanaises qu’étrangères, a été très attentivement suivi notamment la partie concernant les relations interdétroit. Ces derniers mois, Pékin n’avait eu de cesse d’exercer des pressions sur l’élue présidentielle dans le but de la contraindre à reconnaître le consensus de 1992, qui affirme le principe d’une seule Chine.

 

Tsai Ing-wen se voulait claire et précise. « Pour ce qui est du dialogue interdétroit, nous nous efforcerons de préserver le mécanisme actuel. En 1992, les deux associations représentant les deux rives du détroit ont mené des négocations sur la base de la compréhension mutuelle afin de confirmer leurs visions communes tout en mettant de côté leurs divergences. Ces discussions ont abouti à certaines ententes et compréhensions. Je respecte ce fait historique, » a-t-elle prononcé.

 

Par ailleurs, Tsai Ing-wen a souligné les quatre bases politiques de sa présidence. « La première base est le fait historique que durant leurs discussions en 1992, les deux rives ont confirmé leurs visions communes en mettant de côté leurs divergences. La deuxième base est la Constitution de la République de Chine en vigueur. La troisième concerne les résultats découlés des négociations et les échanges interdétroit durant ces deux décennies. Et enfin, la quatrième réside sur le principe de la démocratie et la volonté publique, » a affirmé la nouvelle chef de l’Etat.

 

Tsai Ing-wen s’est également expirmée à propos des contentieux territoriaux en mer de Chine Orientale et Méridionale en déclarant qu’en tant que Chef de l’Etat, elle a le devoir de défendre la souveraineté et le territoire national. Elle a appelé les pays concernés à exploiter ensemble les ressources naturelles dans les zones disputées en suspendant leurs contentieux territoriaux.