Quelle avenir pour les aides à domicile de nationalité indonésienne à Taiwan ?

15

L’Indonésie ne coupera pas le flux de travailleurs migrants qualifiés vers Taiwan en 2017 mais son approche sur les aides à domicile reste encore à graver dans le marbre. Taiwan, Hong Kong, la Malaisie et Singapour ne faisaient pas partie d’un décret publié l’année dernière qui interdisait l’exportation des travailleurs migrants dans certaines régions du monde, dont le Moyen-Orient, selon Soes Hindarno, directeur du placement et de la protection des travailleurs indonésiens à l’étranger.

 

L’objectif de cette politique est de permettre aux travailleurs migrants possédant des compétences professionnelles, comme les ouvriers qualifiés et les employés d’entreprise, de travailler à l’étranger plutôt que les aides à domicile. En principe, l’Indonésie reste fidèle à sa politique de ne plus envoyer de nouvelles aides à domicile dans la région Asie-Pacifique à partir de mai 2017, entretenant l’espoir d’atteindre cet objectif d’ici 2019. Cependant, Soes Hindarno a également fait part que s’il y avait une demande croissante de travailleurs migrants indonésiens dans certains pays en particulier ou qu’il n’y avait pas assez d’opportunités d’emploi à l’intérieur du pays, le gouvernement n’imposerait pas une interdiction complète sur l’envoi d’aides à domicile à l’étranger.

 

La première priorité du gouvernement concerne le traitement des travailleurs indonésiens en dehors des frontières. Hindarno a appelé les organismes gouvernementaux à signer des protocoles d’entente avec Taiwan afin de protéger les travailleurs indonésiens et leurs droits. La question est d’importance à Taiwan où environ 170 000 ressortissants indonésiens travaillent en tant qu’aide à domicile, soit 79% du total des aides à domicile de nationalité étrangère.