Taiwan fera preuve de fermeté pour protéger les droits de ses pêcheurs

20

Suite à l’annonce gouvernementale d’hier sur la mise en place d’un mécanisme de dialogue entre Taiwan et le Japon concernant les questions maritimes, le ministre des affaires étrangères David Lee [李大維] s’est exprimé aujourd’hui pour mettre au clair certains points. Il a en effet souligné que ce n’est pas parce qu’un tel mécanisme était mis en place que le gouvernement reconnaissait l’atoll Okinotorishima comme une île, ou que celui-ci ferait preuve de complaisance envers le gouvernement japonais.

 

Il a déclaré : « Je pense que tout le monde sait parfaitement que la présidente Tsai Ing-wen est originaire du comté de Pingtung. Or Pingtung et Kaohsiung sont toutes deux des régions importantes du secteur halieutique en haute mer. Alors comment voudriez-vous que Tsai Ing-wen accepte d’adopter des politiques qui seraient néfastes aux électeurs et aux pêcheurs, auxquels elle tient beaucoup ? C’est tout bonnement inimaginable. La considération du gouvernement pour les droits des pêcheurs ne sera en aucun cas compromise, et aucune concession ne sera faite à la table des négociations. »

 

Quant à la protection des navires de pêche par des garde-côtes, le porte-parole du gouvernement s’est de nouveau exprimé aujourd’hui, expliquant que la question serait abordée en fonction des circonstances : « Je pense qu’en ce qui concerne les disputes vis-à-vis des droits des pêcheurs, la meilleure façon de procéder est une approche consultative. Par exemple, pour ce qui est de la controverse dans les eaux territoriales de Diaoyutai, Taiwan et le Japon ont maintenant déjà trouvé un terrain d’entente, de sorte que les navires de pêche des deux parties puissent avoir une zone de pêche et un cadre légal. C’est pourquoi de la même manière, nous espérons passer par le dialogue pour trouver un terrain d’entente sur le cas présent. Le gouvernement continuera de fournir des explications aux pêcheurs. »