Des centaines de taxis protestent devant le Parlement à Taipei

49

Cet après-midi à Taipei, plusieurs centaines taxis se sont rassemblés à Taipei, bloquant la route  devant le parlement et le Palais présidentiel, pour protester contre l’incapacité du gouvernement à lutter contre la société américaine Uber. La fédération nationale des taxis a déclaré qu’Uber était en service depuis 3 ans à Taiwan et que d’après une division du ministère des transports, la société avait été condamnée à 60 millions de dollars taiwanais d’amende, dont seulement 40 millions ont été payés. La fédération a protesté en avançant que ces amendes n’étaient qu’une goutte dans l’océan face à cette riche société qui ne craint pas d’enfreindre les lois.

 

A Taiwan, les chauffeurs de taxi doivent être détenteurs d’une licence de conduite professionnelle, d’un numéro d’immatriculation, d’une assurance dédiée ainsi que d’un compteur standardisé. Or, Uber ne fournit aucune assurance pour les passagers, ne présente aucun bilan de ses comptes, refuse de payer des impôts et n’est pas en mesure de fournir la liste des noms de ses conducteurs. Pour sa filiale taiwanaise, Uber a créé une société sous un nom différent. Tout en reniant son lien avec celle-ci, Uber publie des annonces sur le site de sa filiale pour recruter des conducteurs.

 

Ce problème n’est évidemment pas unique à Taiwan puisque les chauffeurs de taxi de nombreux pays ont protesté contre le même phénomène. Le système, bien qu’accepté dans certains pays, a également été interdit dans de nombreux autres. A Taiwan, sur un marché saturé qui compte déjà 80 000 taxis, la présence de Uber constitue une menace sérieuse pour les chauffeurs détenteurs de licence.