Les chalutiers taiwanais atteindront la zone côtière de l’île Taiping ce soir

26

Après l’annonce du verdict de la Cour permanente d’arbitrage de La Haye désignant l’île de Taiping comme un récif, quatre chalutiers taiwanais se sont mis en direction de l’île pour affirmer que Taiping est bien une île en vertu du droit international et réaffirmer leurs droits de pêche en mer de Chine méridionale. Trois d’entre eux devraient atteindre les côtes dans la soirée. Puisque le ministère de la défense prévoit normalement qu’une demande doit être envoyée 45 jours préalablement à l’arrivée dans les eaux environnantes de l’île, et que l’un des bateaux transporte 3 journalistes hongkongais de Phoenix TV, cette action des pêcheurs est d’autant plus complexe et sensible.

 

Le porte-parole de la présidente Huang Chung-yan [黃重諺] a expliqué que l’île de Taiping est une zone de contrôle militaire avec des règles très spécifiques. Peut-on ou non y accéder est une question qui dépend donc de ces règles. Ce dernier a précisé que si les navires étaient en difficulté et en besoin d’assistance, le personnel sur place fournirait cependant une aide. Huang Chung-yan a déclaré : « Peut-on ou non entrer dans une zone de contrôle militaire, ceci est défini très clairement par la loi. Cependant les autorités compétentes peuvent dans certains cas faire une exception en fonction de la situation réelle. Nous respectons le jugement des autorités chargées de cette décision. »

 

Concernant les critiques de la population accusant le gouvernement de ne pas faire preuve de détermination à protéger les droits des pêcheurs, Huang Chong-yan a déclaré que depuis le départ des chalutiers le 20 juillet, les garde-côtes ont envoyé un navire afin d’assurer leur sécurité et leur prêter assistance si nécessaire. Il a également précisé que les garde-côtes ont contacté les pêcheurs le 24 juillet afin de leur fournir des explications concernant les eaux de Taiping avec lesquelles ils n’étaient pas familiers. Ils les ont incités à prendre précaution afin d’assurer leur propre sécurité.