Tsai Ing-wen demande le respect des droits des personnels navigants ayant volé avec elle

12

Lors de son premier voyage diplomatique, Tsai Ing-wen (蔡英文) s’est rendue en juin dernier en Amérique. C’est la compagnie aérienne publique China Airlines qui était alors chargée d’assurer ses voyages aller et retour. Or, à la même période, les personnels navigants de la compagnie mettaient en place une grève historique pour leur profession, qui avait pour but de contester les nouvelles réglementations mises en place par la direction de China Airlines.

 

Ce mouvement avait en réalité commencé des mois plus tôt, mené par le syndicat des personnels navigants de Taoyuan, dont les membres sont pour la plupart issus de la compagnie China Airlines. Ce même syndicat qui a obtenu gain de cause auprès de l’entreprise en mettant en place 24 heures de grève, s’apprête à exclure 22 de leurs membres qui n’ont pas suivi l’impératif de grève décidé le 23 juin pour le jour suivant. Parmi ces 22 personnes, 10 étaient en réalité présentes dans l’appareil qui transportait Tsai Ing-wen à l’étranger.

 

Le porte-parole du bureau présidentiel, Alex Huang (黃重諺), a communiqué l’état d’esprit de Tsai Ing-wen sur la question aujourd’hui. Il a déclaré : « Elle estime que servir sur un vol présidentiel est une mission importante pour la diplomatie du pays. Elle remercie de tout son cœur les personnels navigants qui ont pris part à cette mission et mis leurs efforts au service de leur pays. Elle pense bien sûr que par conséquent ces personnes ne méritent pas de recevoir en échange un traitement injuste. Concernant ce problème, elle est passée par son cabinet pour prier China Airlines d’user de tout son pouvoir pour protéger les intérêts des personnels navigants concernés. »

 

En plus de l’injustice qui peut être ressentie relativement à une exclusion visant particulièrement des personnes qui rendaient un service à la nation, cette mise à l’écart peut aussi avoir des répercussions concrètes pour les individus exclus. En effet, parmi les concessions obtenues par le syndicat des personnels navigants de Taoyuan dans son combat contre China Airlines, on retrouve par exemple une clause qui concerne spécifiquement des compensations financières versées aux personnels présents à l’étranger. Ces compensations horaires peuvent être deux fois plus importantes pour les membres du syndicat par rapport aux autres personnels navigants.