Pour la Présidence, « Yami » est un qualificatif adéquat pour désigner les habitants de l’ile aux Orchidées

30

Lors de son discours d’excuse aux peuples aborigènes le 1er août, Tsai Ing-wen (蔡英文) a utilisé le terme « Yami » pour faire référence à l’ethnie aborigène originaire de l’ile aux Orchidées, au sud-est de Taiwan. Plusieurs médias se sont par la suite montrés circonspects, se demandant pourquoi la présidente n’avait pas utilisé le terme « Tao ».

 

En effet, « Tao » est l’expression qui permet à cette population de se designer dans sa propre langue, en tant que peuple, ou en tant qu’être humain. L’appellation « Yami » est née avec l’anthropologue japonais Torii Ryuzo, qui a étudié cette population autochtone à partir de 1896. Elle a été utilisée lors de la gouvernance du Japon, puis du parti Kuomintang et jusqu’à aujourd’hui elle reste l’appellation officielle de ce peuple, y compris dans la Loi fondamentale sur les peuples aborigènes. Pourtant cela fait déjà plusieurs années que des habitants de l’ile aux Orchidées critiquent ce nom, lui préférant celui de « Tao ».

 

Le porte-parole du bureau de la présidence, Alex Huang (黃重諺), s’est expliqué aujourd’hui sur le choix de Tsai Ing-wen : « En réalité, à l’ origine, y compris dans le discours présidentiel, c’est le terme « Tao » qui devait être utilisé. Tout le monde a pu voir que des anciens de l’ile aux Orchidées étaient présents. Ils ont eux-mêmes exprimé le souhait d’être désignés comme Yami. »