L’affaire de la Mega Bank pourrait nuire à l’évaluation de Taiwan par l’APG

30

D’après un responsable du ministère de la justice, la note de Taiwan accordée par le groupe Asie-Pacifique sur le blanchiment d’argent (APG) pourrait être jugée à la baisse après que la succursale newyorkaise de la Mega Bank a été condamnée à une amende pour violation des lois de lutte contre le blanchiment d’argent aux Etats-Unis. Ce dernier a expliqué que Taiwan avait été moins bien noté lors du second tour de l’évaluation qui a commencé en 2005 et s’est terminé en 2012, car ses lois contre le blanchiment d’argent n’étaient pas suffisament alignées sur les standards internationaux et ne condamnaient pas le financement du terrorisme.

 

Après avoir révisé ses lois ces dernières années, Taiwan espère améliorer sa note pour le troisième tour de l’évaluation de l’APG qui a débuté en 2014, mais l’affaire de la Mega Bank pourrait bien avoir un impact négatif a-t-il précisé. Taiwan devait initialement être évaluée durant le 3ème tour d’évaluation de l’APG l’année dernière, mais le manque d’évaluateurs et d’autres ajustements de procédures l’ont retardé. L’APG, une organisation internationale fondée en Thaïlande en 1997, utilise un programme d’évaluation mutuelle pour évaluer à quel point les membres sont en accord ou non avec les lois contre le blanchiment d’argent et la lutte contre le financement du terrorisme. La ville de New York a annoncé le 19 août dernier avoir condamné la banque taiwanaise Mega Bank pour son manque de respect de la loi contre le blanchiment d’argent et pour des transactions douteuses entre sa branche à New-York et des succursales au Panama.

 

Le porte-parole du gouvernement s’est exprimé aujourd’hui sur la question :  « Afin d’éviter qu’une telle chose ne se reproduise, le Premier ministre a demandé à la commission de la supervision financière (FSC) de renforcer la supervision globale du mécanisme de contrôle interne des banques et de mettre en oeuvre un contrôle des risques et de la conformité réglementaire. Il a également demandé que soit renforcée la gestion des succursales à l’étranger afin qu’elles soient conformes aux lois internationales de lutte contre le blanchiment d’argent. En outre, il a prié la FSC de tirer au clair cette affaire le plus rapidement possible et de mener un contrôle particulier auprès des succursales de New-York et de Panama de la Mega Bank. »