Exposition sur le Prix Tang à Taipei

52

Au mois de juin, le Prix Tang a rendu public les lauréats de son édition 2016. Aujourd’hui, une exposition consacrée aux réalisations des six lauréats a été lancée au Mémorial de Tchiang Kaï-chek dans la capitale taiwanaise. L’organisateur du prix vient d’annoncer par ailleurs qu’une semaine de rencontres avec ces lauréats sera organisée du 22 au 28 septembre. Une série d’activités sera organisée en leur honneur. A titre de rappel, le scientifique américain Arthur H. Rosenfeld a décroché le prix pour le développement durable. Durant le premier choc pétrolier dans les années 70 du dernier siècle, il a aidé la Californie à mettre en place un système permettant de réduire considérablement la consommation d’électricité. Trois scientifiques partagent le prix de science biopharmaceutique. Il s’agit de la Française Emmanuelle Charpentier, de l’Américaine Jennifer A. Doudna et de l’Américain d’origine chinoise Zhang Feng. Les deux premières ont élaboré une technique pour l’édition génétique dite CRISPR/Cas9. Quant à Zhang Feng, il a amélioré la technique et réalisé des expériences dans des éditions de gènes de mammifères et d’êtres humains. Le gagnant de la section sinologie est revenu à l’américain de 97 ans William Theodore de Bary, considéré comme l’un des pionniers américains dans l’étude du confucianisme. Et enfin, la récompense  de l’état de droit est revenu à la juriste canadienne Louise Arbour, ancienne Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme et présidente de l’organisation non gouvernementale Internationale Crisis Group.