Tian Hung-mao se veut optimiste pour les relations interdétroit

31

Tian Hung-mao, qui a pris aujourd’hui les rênes de la SEF (Fondation pour les échanges interdétroit), a déclaré qu’il ne croyait pas à l’idée que Pékin avait fermé toutes les portes de communication. Selon lui, il faut adopter une attitude positive vis-à-vis de l’autre rive et il espère qu’un espace de discussion est toujours possible. Nommé par la présidente de la Répulique en tant que neuvième président de la SEF, Tian Hung-mao a vu son poste officialisé aujourd’hui.

 

Il a été interrogé par les médias à propos de la question du consensus de 1992 : « Cela fait déjà longtemps que l’on parle du consensus de 1992. Pour être tout à fait franc, je ne pense pas que cette question relève d’un simple président de la SEF. Si l’on veut résoudre ce problème, il faut que cela soit négocié au plus haut niveau de la hiérarchie. C’est pourquoi je vous prie de m’excuser, mais je n’ai aucun moyen de répondre à cette question. Si nos deux gouvernements prennent une décision à un haut niveau et qu’il y a des progrès, la SEF continuera de promouvoir les échanges dans ce cadre, c’est là notre fonction principale. » Tian Hung-mao a de nouveau insisté sur le fait d’adopter une approche pro-active et optimiste afin de permettre aux relations interdétroit de retourner à la normale au plus vite.