Les deux côtés du détroit doivent faire preuve de retenue

27

A l’invitation de l’institut Brookings à Washington, le vice-président de la commission ministérielle des affaires continentales de Taiwan Lin Cheng-yi (林正義) a donné jeudi, heure locale, un discours sur les relations entre les deux rives du détroit de Taiwan après l’entrée en fonction de la Présidente Tsai Ing-wen (蔡英文). Suite au discours, il s’est exprimé devant les médias à propos du « consensus de 1992 », une entente sur le principe d’une seule Chine dont Pékin exige de Taipei la reconnaissance de son existence alors que Tsai Ing-wen insiste pour ne reconnaitre que la rencontre interdétroit.

 

Selon Lin Cheng-yi, Taipei n’a de cesse de faire preuve de bienveillance vis-à-vis de Pékin. Il a déclaré qu’il suffirait de voir les expressions adoptées par la Présidente Tsai Ing-wen en se référant à la partie chinoise pour constater le changement depuis le Président Chen Shui-bian (陳水扁). Ce dernier avait l’habitude de prononcer « la Chine » ou « la partie chinoise » en parlant de Pékin alors que Tsai Ing-wen emploie plutôt « le continent » ou « la Chine contientale ». Lin Cheng-yi a déconseillé de chercher des solutions rapides pour les relations interdétroit. Selon lui, pour enlever les malentendus, il faut s’efforcer de se comprendre avec patience car c’est le seul moyen pour éviter des réactions malveillantes de part et d’autre.

 

Il a ajouté que depuis l’investiture de la Présidente Tsai Ing-wen le 20 mai dernier, les deux côtés ont toujours fait preuve de retenue, ce qui est un bon signe. Il a avancé qu’il est plus difficile de se retenir que de répliquer ou de se venger sans réfléchir. Lin Cheng-yi souhaite que la retenue mutuelle puisse conduire à un feu vert de la part de Pékin pour la participation de Taiwan à la réunion de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (ICAO).