Huit responsables de régions en visite à Pékin

48

Huit responsables de municipalités et de comtés de Taiwan ont tenu une réunion avec des responsables de Pékin hier, urgeant la Chine à chercher un moyen de réinitialiser et relancer les liens interdétroit. Hsu Yao-Chang [徐耀昌], magistrat du comté de Miaoli, a déclaré que sa délégation appelait les deux côtés du détroit à choisir une voie où l’économie, le tourisme et les coopérations culturelles et agricoles peuvent se poursuivre dans un contexte où tous deux font face à une concurrence internationale dans ces domaines. Il a ajouté que si les relations continuaient de rester dans une impasse, cela aurait un impact négatif pour chacune des deux rives du détroit. « Notre visite constitue une percée depuis l’investiture du nouveau gouvernement en mai » a-t-il ajouté.

 

Hsu Yao-chang a lancé son appel auprès de Zhang Zhijun, président du bureau des affaires taiwanaises en Chine. Ce dernier a réitéré que le principe « d’une seule Chine », incarné par le consensus de 1992, était la base politique sur laquelle les échanges interdétroit seraient menés. Mais suite au refus de la présidente Tsai Ing-wen de reconnaître le consensus de 1992, la Chine a coupé les canaux de communication. Parmi les huit responsables taiwanais qui étaient en visite en Chine, 6 sont du Kuomintang et 2 sont sans étiquettes. Ils ont surtout pour point commun de reconnaître le consensus de 1992. Hsu a proposé que des villes chinoises identifient leurs homologues à Taiwan afin d’engager une coopération de ville à ville ou de région à région. Ceci afin de promouvoir par exemple la production de produits agricoles de qualité d’un marché à l’autre.

 

Selon Zhang Zhijun de la partie continentale, les responsables taiwanais ont fait des propositions et des demandes incluant des suggestions pour booster la coopération et les échanges. Il a ajouté que le bureau des affaires taiwanaises et d’autres agences gouvernementales entreprendraient une étude sérieuse des propositions faites. « Tant que le « consensus de 1992 » est solide, les échanges interdétroit peuvent toujours être développés » a-t-il souligné. La réponse gouvernementale chinoise ne s’est pas faite attendre pour ces 8 responsables taiwanais du camp bleu. Dès dimanche soir, après la réunion, le gouvernement chinois a annoncé être prêt à élargir la coopération avec les huit régions administratives de Taiwan représentées par la délégation. Dans son annonce, le gouvernement chinois accueillait positivement l’idée d’organiser des activités en Chine pour promouvoir les produits agricoles ainsi que des alliances pour promouvoir le tourisme de ville à ville.

 

A Taipei, des membres du parti démocrate progressiste n’ont pas été enchanté par cet acte de défection de la part des dirigeants locaux du KMT. Wu Ping-jui [吳秉叡], un député du DPP, a déclaré que le consensus de 1992 avait été rejeté par la majeure partie de la population comme le démontrait les dernières élections et que les actions de la délégation n’étaient pas appropriées. Liao Kuo-tung [廖國棟], député KMT, a quant à lui déclaré que ces 8 responsables avaient en tête l’avenir de la population durant leur visite en Chine. « Le DPP devrait réfléchir à un moyen de sortir de l’impasse actuelle et trouver les mots pour convaincre la Chine de travailler avec Taiwan pour rétablir les échanges interdétroit. » 

 

La SEF (Fondation taiwanaise des échanges interdétroit), de son côté, a été alarmée par la réponse rapide du gouvernement chinois aux demandes des huit responsables taiwanais, déclarant que seuls des échanges et intéractions à travers les canaux habituels pourront conduire à un « cycle bienveillant » de développement des relations interdétroit.