Le consensus de 1992 ne doit pas encadrer les échanges interdétroit

19

Le premier ministre Lin Chuan (林全) a réitéré cette position que le gouvernement respecte depuis son arrivée au pouvoir le 20 mai dernier.

La Chef de l’Etat Tsai Ing-wen a de nouveau insisté hier sur le statu quo lors de son discours de la fête nationale sans pour autant reconnaître le consensus de 1992. Pékin n’a pas manqué de qualifier le consensus de 1992 comme une pierre de touche de la volonté de la dirigeante taiwanaise dans le futur développement interdétroit.

 

Selon le porte-parole du bureau chinois des affaires taiwanaises, An Fengshan (安峰山), tout reniement du consensus de 1992 coupe tout lien économique, social et culturel entre les deux rives.

A la suite de ce commentaire, le premier ministre Lin Chuan a de nouveau évoqué la position de Taiwan : « J’espère que les deux rives du détroit peuvent échanger leurs opinions de manière sincère au lieu de bloquer les relations interdétroit par un slogan ou un cadre politique. Ce serait fort dommage! »

 

Dans son discours de la fête nationale, la Présidente Tsai Ing-wen a exhorté les autorités chinoises à reconnaître l’existence de facto de la République de Chine tout en prenant en considération la détermination ferme des Taiwanais sur leur système démocratique.