La définition chinoise du consensus de 1992 est « Une seule chine »

45

Le premier ministre Lin Chuan (林全) a abordé le sujet du consensus de 1992 au moment où il répondait aux questions des députés à propos des points de vue des grands juges nommés par la Chef de l’Etat. Certains députés de l’opposition doutent de la position réelle de certains grands juges nommés qui n’ont pas hésité à utiliser le terme de « pays anormal » pour qualifier Taiwan. Ces députés du KMT estiment que les déclarations de futurs grands juges éventuels visent notamment à propager la théorie de deux Etats à travers le détroit de Taiwan.

Malgré la pression des députés du Parti KMT, le premier ministre estime tout de même que le consensus de 1992 tel qu’il est défini par la Chine est inacceptable : « Le consensus de 1992 soulevé par l’autre rive du détroit de Taiwan se réfère en réalité à une seule Chine. J’estime néanmoins que ce concept ne sera pas accepté par l’opinion majoritaire à Taiwan. A partir de là, nous estimons que l’élaboration de toute politique gouvernementale doit prendre en considération l’opinion publique. Au sujet de la nation, l’égalité et la dignité se hissent comme les principes de base que les deux rives doivent respecter lors de leurs discussions. » Depuis l’alternance politique en mai, le nouveau gouvernement refuse d’évoquer ou de reconnaître le consensus de 1992 sur lequel se basent la Chine ainsi que l’ancien gouvernement taiwanais pour encadrer les relations interdétroit.