L’ancien Chef de l’Etat Ma Ying-jeou est sur le banc des accusés

19

Celui qui l’a traduit en justice est le député du Parti démocrate progressiste, Ker Chien-ming (柯建銘), sur la base de divulgation des secrets entre l’ancien président de la République Ma Ying-jeou (馬英九) et son procureur général en chef de l’époque, Huang Shih-ming (黃世銘). Ce dernier aurait fourni des informations secrètes relevant des écoutes téléphoniques entre le député Ker Chien-ming et le président parlementaire de l’époque Wang Jin-pyng (王金平) du parti Kuomintang, le rival juré de Ma Ying-jeou. C’était la fameuse lutte politique de septembre 2013.

Ker Chien-ming accuse l’ancien Chef de l’Etat d’incitation auprès de son procureur général en chef à divulguer des informations secrètes, en violant la loi sur les données personnelles et celle sur la surveillance de protection des télécommunications. Ker Chien-ming a expliqué ce mardi sa position : « Huang Shih-ming a violé les lois et les disciplines, l’ancien Président Ma a porté atteinte à la Constitution et a déstabilisé la politique. Un Chef de l’Etat se joint à son procureur général en chef pour faire des écoutes illégales touchant même le Parlement. Il manipule ensuite la justice pour sa lutte politique. Comment un tel Président indigne pour diriger un pays démocratique ose-t-il se présenter au tribunal pour débattre avec moi ? » De son côté, Wang Jin-pyng a refusé de commenter ce dossier.