Un député souhaite que le paiement par carte pour Uber soit bloqué

24

Ce lundi au Parlement, le député Cheng Yun-peng [鄭運鵬] a expliqué que Uber s’achetait de la publicité dans de nombreux journaux afin de contrecarrer l’amendement de la loi sur le transport. Cette révision prévoit que les transporteurs qui ne respectent pas la loi s’exposent à une amende maximale non plus de 150 000 mais de 25 millions de NTD, soit près de 739 000 euros. Selon le député, les publicités de Uber laissent entendre l’opposition de la société au projet de loi du gouvernement visant à élargir l’offre de transport des voyageurs. Il a demandé au ministre des transports ce qu’il comptait faire. Celui-ci a répondu que le ministère avait déjà condamné la société à 80 millions de NTD d’amende, somme qui a été payée. En revanche, la demande du gouvernement auprès de Google et de Apple de retirer l’application Uber de leur site n’a pour l’heure pas donné de suite.

 

Le député a ainsi proposé une solution radicale pour obliger Uber à négocier : « Vous pouvez demander aux banques taiwanaises de ne plus accepter de transactions par carte de la part de Uber. Mon but n’est pas de faire couler Uber, mais de placer l’entreprise sous contrôle. Si vous voulez la mettre sous contrôle, il faut bien l’obliger à se présenter à la table de négociation, non ? Mais aujourd’hui, elle s’achète des pubs dans les journaux, c’est donc bien qu’elle vous ignore ! N’est-ce pas ? Dans ce cas, adoptez des mesures plus sévères encore. Il n’y a pas besoin d’amender la loi, vous avez juste à lui couper les vivres. Je prie donc la commission de supervision financière (FSC) de contacter les banques du pays. Ensuite, avec le jugement du tribunal administratif qui a déjà statué que les opérations de l’entreprise étaient bien illégales, vous précisez aux banques de bloquer les paiements par carte des clients de Uber. N’est-ce pas là le plus simple ? »