Le gouvernement s’exprime concernant les différents facteurs qui auraient permis la conversation entre Tsai et Trump

27

Alors que Donald Trump a échangé quelques mots avec la présidente taiwanaise en dépit des conventions diplomatiques américaines qui veulent que le pays ne reconnaisse qu’une seule Chine, celle de la République populaire, les médias américains mènent aujourd’hui l’enquête et tentent de comprendre les origines de ce geste très osé de la part d’un président américain élu.

 

Ainsi il est fortement soupçonné que l’ancien sénateur républicain Bob Dole ait été l’un de ceux qui ont persuadé Donald Trump de répondre directement à l’appel de félicitation de Tsai Ing-wen (蔡英文). Le ministère taiwanais des Affaires étrangères s’est d’abord refusé à commenter avant de préciser à la presse que Bob Dole est l’un des grands amis de Taiwan au sein du parti républicain depuis de nombreuses années. Selon le New York Times, une société pour laquelle travaille Bob Dole a été rémunérée ces derniers mois pour un travail de lobbying auprès du parti républicain qui a consisté à assurer la présence de vocabulaire favorable à Taiwan dans les déclarations du parti. Sur ce point, le ministère des Affaires étrangères a seulement expliqué que le bureau de représentation de Taipei aux Etats-Unis fait depuis longtemps appel à des entreprises de communication en accord avec la loi en vigueur dans le pays.

 

Pour sa part, le porte-parole de la présidence a précisé que l’appel téléphonique n’a pas découlé de la médiation d’une société de relations publiques quelconque.