Obama apporte des explications sur la politique d’une seule Chine

28

Dans une conférence de presse de fin d’année, le président américain sortant Barack Obama a donné l’un de ses commentaires les plus élaborés à propos de Taiwan et de la politique d’une seule Chine. Ce dernier a fait part que la Chine considère Taiwan comme une partie de son territoire mais reconnaît sur le plan pratique que l’île est une entité qui gère ses affaires à sa propre manière. A l’inverse, les Taiwanais consentent à ce que tant qu’ils sont en mesure d’avoir un certain degré d’autonomie, ils ne chercheront pas à aller plus loin en déclarant l’indépendance. Interrogée aujourd’hui sur les propos du président sortant, Katharine Chang [張小月], présidente de la Commission ministérielle des Affaires continentales, a déclaré que les relations taiwano-américaines se basent sur le « Taiwan Relations Act » et les « six assurances » et que récemment, un rapprochement positif s’est produit.

 

Néanmoins, concernant les propos d’Obama sur l’indépendance de Taiwan, celle-ci a déclaré que ce choix revenait aux citoyens taiwanais : « L’avenir de Taiwan doit être décidé sur un principe démocratique par les 23 millions de citoyens. Je pense qu’en tant qu’Etat souverain, notre priorité concernant les relations interdétroit est d’assurer un développement stable et pacifique en maintenant la situation présente. Faire cela, c’est garantir que Taiwan puisse continuer à vivre de manière libre et démocratique tout en assurant la paix et la stabilité dans le détroit de l’île. »

 

Récemment, de nombreux exercices militaires chinois ont eu lieu à proximité de Taiwan et des déclarations de certains officiers militaires sur le continent indiquaient qu’une guerre éclaterait entre les deux rives autour de 2020, lors de laquelle Pékin n’aurait besoin que de 100 heures pour capturer Taiwan. Katharine Chang a répondu à ce sujet : « Depuis toujours, c’est la politique du bâton et de la carotte. Toute menace ou intimidation n’aide en rien les relations interdétroit. Notre position est de maintenir un développement pacifique entre les deux rives. »