Lin Chuan prévoit la création d’un bureau de lutte contre le blanchiment d’argent

25

Le ministère de la justice a aujourd’hui rendu un rapport lors du conseil des ministres concernant les mesures de prévention contre le blanchiment d’argent inscrites dans la nouvelle loi anti-blanchiment d’argent. A cette occasion, le Premier ministre Lin Chuan [林全] a déclaré que ce type de délit est un crime auquel les différents pays du monde accordent de plus en plus d’attention. Couplé à la prévention internationale contre le terrorisme, chaque pays attache de plus en plus d’importance à la transparence des flux financiers, et notamment dans les pays industrialisés où les exigences en matière de lutte contre la corruption sont élevées.

 

Ce sera ainsi la ministre sans portefeuille Lin Mei-chu [林美珠], qui sera en charge de la mise en place de ce bureau dédié. Cette décision a en partie été motivée pour préparer l’examen imminent des pratiques anti-blanchiment d’argent de Taiwan par l’APG (Asia – Pacific Groupe on Money Laundering) en 2018. Malgré son statut de membre fondateur de l’APG, Taiwan n’a pas réussi à suivre en terme de prévention et de contrôle des délits financiers internationaux tels que les blanchiments de capitaux et a été placé sur la liste de surveillance du groupe depuis une évaluation en 2007.

 

Le ministre de la justice Chiu Tai-san [邱太三] a souligné que la rétrogradation de Taiwan sur la liste en 2007 aux côtés du Vietnam, de l’Indonésie et des Philippines puis à nouveau en 2011, était la preuve de la faiblesse du système anti-blanchiment de l’île. Si Taiwan ne parvient pas à passer l’évaluation de l’APG en 2018, les opérations à l’étranger des institutions financières taiwanaises seront touchées et restreintes a averti le ministre lors d’une interrogation des médias. Les craintes sont que si Taïwan est mal classée, les banques internationales seront plus réticentes à travailler avec les banques taiwanaises et les entreprises étrangères seront moins disposées à investir sur l’île a-t-il indiqué.