Tsai Ing-wen arrive au Honduras, première étape de sa visite d’Etat

29

Après une brève escale à Houston aux Etats-Unis, la Chef de l’Etat Tsai Ing-wen (蔡英文) est arrivée au Honduras le 8 janvier dans l’après-midi (heure locale) où elle a été reçue à l’aéroport par le Vice Président hondurien, Ricardo Antonio Alvarez Arias. Sous une pluie torrentielle, les deux dirigeants ont évoqué les coopérations fructueuses entre les deux pays en espérant que les relations bilatérales se poursuivront sur cette base solide.

Tsai Ing-wen a reçu par la suite les Taiwanais d’outre-mer et a inspecté le travail des missions techniques taiwanaises sur place. Elle a notamment indiqué que le Honduras, tout comme Taiwan, se trouve en phase de transformation économique. L’occasion est donc venue pour que les deux Etats collaborent davantage pour créer un développement qui leur soit bénéfique : « Le Honduras lance à présent son programme d’investissements et de stimulation à l’emploi. De son côté, Taiwan promeut largement le développement de ses industries d’innovation tout en multipliant les échanges commerciaux avec l’extérieur. A partir de cette année, nous assisterons les entreprises à prospecter chez nos alliés en Amérique centrale chaque année afin de créer davantage d’opportuniés de coopérations et d’aboutir à un développement où toutes les parties sont gagnantes. »

Durant son escale à Houston, Tsai Ing-wen a rencontré de nombreux députés et sénateurs américains dont Ted Cruz, sénateur du Texas. Ce dernier a dévoilé que de nombreux sénateurs de son état ont reçu une lettre de Pékin tentant de les dissuader de rencontrer Tsai Ing-wen. Tseng Hou-jen (曾厚仁), secrétaire général adjoint du Conseil de Sécurité nationale a rapporté les propos de Ted Cruz : « Il a mentionné avoir reçu des pressions de Pékin lorsqu’il a voulu rencontrer la Présidente. Pékin lui a demandé de ne pas venir, une demande que Ted Cruz a clairement refusée car il considère que rencontrer en personne la Président est une opportunité rare. » Le Palais présidentiel a renié toute rencontre avec l’équipe du Président élu, Donald Trump.