Taiwan veut s’armer des lois pour calquer sa protection des droits de l’Homme aux normes internationales

67

Le gouvernement organise ce lundi la deuxième réunion d’examen sur l’état des droits de l’Homme à Taiwan à propos des deux conventions onusiennes à savoir le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels. Chen Chien-jen (陳建仁), Vice Président de la République responsable du comité consultatif sur les droits de l’Homme de la Présidence a indiqué que l’application des droits de l’Homme s’inscrit comme une orientation définie pour Taiwan, peu importe que le pays soit membre de l’ONU ou non.

Par conséquent, sur les neuf principaux traités internationaux relatifs aux droits humains, trois constituent des pièces manquantes pour Taiwan comme l’a expliqué le Vice Président, Chen Chien-jen : « A présent, le pays n’a pas encore élaboré de lois nationales concernant la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille et la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées. Ce sont des orientations qui exigeront tous nos efforts. » Depuis que Taiwan a ratifié les deux conventions relatives aux droits de l’Homme en 2009, le pays a déjà soulevé un premier rapport national sur les droits de l’Homme en 2012, le deuxième rapport soulevé en 2016 doit être évalué sur trois jours à compter de ce lundi. Des conseils à propos de l’application des conventions internationales dans le pays vont être formulés le 20 janvier prochain.