Okinotorishima ne sera pas un sujet de discussion de la rencontre taiwano-japonaise

35

Selon le ministère des affaires étrangères, la sixième réunion taiwano-japonaise visant à traiter des questions de la pêche autour des îles Diaoyutai en mer de Chine de l’est a démarré aujourd’hui à Tokyo. Les représentants des deux parties aborderont certaines questions non résolues reliées aux règles et aux lignes directrices en matière de pêche d’un accord bilatéral signé en 2013.

 

Huang Hong-yen[黃鴻燕], vice-directeur du bureau de la pêche, a déclaré que la question d’Okinotorishima ne serait pas abordée durant cette réunion de trois jours. Selon le président de la commission de l’agriculture Lin Tsung-hsien [林聰賢], Taïwan est un pays compétitif en matière de pêche, c’est pourquoi il est fréquent d’être confronté à des disputes avec les pays voisins. La position actuelle du gouvernement est de chercher à mener des négociations internationales, notamment avec le Japon, les Philippines, l’Indonésie et la Chine pour discuter de l’espace économique maritime de chacun et favoriser le principe de réciprocité.

 

Le ministre a fait part que Taïwan était dans une position difficile ne serait-ce que parce que l’île n’est souvent pas reconnue comme un pays : « Nous ne pouvons faire aucune concession concernant la zone économique exclusive de la République de Chine. Néanmoins, sur le plan international, il y a de nombreuses controverses concernant Taïwan, notamment sur la question de sa souveraineté. Auparavant, quand j’étais en poste à Yilan, Su Ao [蘇澳] était confronté au problème de l’atoll d’Okinotorishima. Les développements ultérieurs ont conduit à l’établissement de lignes provisoires pour l’exercice du pouvoir, permettant ainsi une certaine ambiguïté dans les zones de chevauchement avec toutefois une coordination. »