30% des universités taïwanaises auraient signé des lettres d’engagement vis-à-vis de leurs homologues en Chine

30

Récemment, la découverte du fait que de nombreuses universités taïwanaises qui accueillent des étudiants de Chine continentale ont signé des lettres d’engagement avec les universités chinoises a causé la polémique. Le ministre de l’éducation Pan Wen-chong [潘文忠] a estimé que deux semaines supplémentaires seraient nécessaires pour compléter un examen de l’ensemble des universités.

 

Pour l’heure, le vice-ministre de l’éducation Yao Li-te [姚立德] a déclaré que d’après un rapport préliminaire, environ 30% des écoles ont signé de telles lettres d’engagement. Il a souligné qu’après l’achèvement du rapport, le ministère de l’éducation mettra en place des normes de référence afin de préserver la liberté académique et la réciprocité des échanges interdétroits. Le point de départ de cette polémique est principalement lié à l’université Shih Hsin, qui le 20 décembre dernier, a signé une lettre d’engagement indiquant qu’aucune activité politique sensible ne serait oganisée pour les futurs étudiants continentaux.

 

Ces activités excluaient formellement tout sujet comme « une Chine, une Taïwan » ou « Deux Chines » ou encore « L’indépendance de Taïwan ». Des enquêtes ont par la suite permis de montrer que d’autres écoles supérieures avaient signé des lettres d’engagement similaires.