Le CIST engagé à soutenir le projet de construction de sous-marins indigènes

28

L’institut des Sciences et de la technologie Chungshan (CIST) a terminé une évaluation de la mise à niveau des périscopes de deux sous-marins de classe Chien Lung et utilisera son expérience dans le domaine pour soutenir le projet de sous-marin de défense indigène du gouvernement. La mise à niveau des périscopes des deux sous-marins vieillisants est un élément d’un programme d’amélioration des armes et d’extension de vie pour réparer ou remplacer des composants d’armes afin d’assurer la capacité de combat. Le programme sera principalement confié à des entreprises de défense étrangères.

 

Le CIST, dirigé par les forces armées insulaires, a présenté un rapport aujourd’hui à la législature dans le cadre d’une mise à jour du programme de construction de sous-marins et d’avions d’entraînement. Dans celui-ci, il est indiqué que le ministère de la défense espère pouvoir achever le premier sous-marin d’ici 8 ans. Il y est également expliqué que le CIST cherchera l’assistance de professionnels étrangers pour améliorer les systèmes d’armes des sous-marins, un processus qui devrait renforcer sa propre capacité à diriger les entreprises de Taïwan et à reprendre le flanbeau à l’avenir.

 

L’institut a noté qu’il discute actuellement avec le constructeur de navires d’Etat CSBC pour concevoir des systèmes complets de combat et d’autres éléments clés en vue de la construction de bateaux et sous-marins militaires taiwanais. Selon un rapport de la défense, l’entreprise CSBC est compétente pour remplir un contrat avec le CIST et le constructeur de navires a commencé ses travaux de conception le 22 mars dernier.

 

Un rapport du ministère de l’économie a lui rapporté que la capacité de Taïwan à concevoir, fabriquer et certifier des navires de la marine et des sous-marins n’a pas encore atteint le niveau souhaité et que le ministère utilisera ses ressources de recherche et développement pour aider l’industrie locale à améliorer sa technologie et à combler l’écart avec les entreprises étrangères.