Des députés appellent le gouvernement à plus de fermeté dans le différend de l’atoll Okinotorishima

29

Taïwan et le Japon ont tenu une réunion sur la coopération en matière de pêche le 9 avril dernier. A cette occasion, Taïwan a demandé à la partie japonaise de reconnaître le droit aux pêcheurs taïwanais de pêcher dans les eaux environnantes de l’atoll Okinotorishima, ce qui a été refusé explicitement. Le Japon a tenu à souligner qu’Okinotorishima est une « île » et confère ainsi une zone économique exclusive où il n’autorise pas les opérations de chalutiers étrangers.

 

Sur ce sujet, deux députés taïwanais ont appelé le gouvernement à faire preuve d’encore plus de fermeté et à ne pas chercher à plaire au Japon. Le directeur de la garde côtière Lee Chung-wei [李仲威] a répondu que Taïwan travaillait activement aux négociations pour obtenir du Japon que la zone située entre 12 milles marins et 200 milles marins soit considérée comme faisant partie des eaux internationales.

 

Il a en outre précisé que pour l’heure, les chalutiers taïwanais opéraient dans la zone sans encombres et qu’un navire de la garde côtière était présent pour assurer leur sécurité:  «  Notre mission de protection est déjà en cours. Nous avons un navire de la garde côtière présent sur place qui a pour mission de protéger nos chalutiers. De là-bas, nous interrogeons également certains pêcheurs pour savoir s’ils ont besoin d’aide. Mais jusqu’ici, ils considèrent pouvoir opérer de manière régulière et ne pas avoir besoin de notre assistance. »