La délégation taïwanaise expulsée du Processus Kimberley en Australie

27

Le gouvernement australien a invité Taïwan à participer au processus de Kimberley, une initiative conjointe des gouvernements, de l’industrie et de la société civile pour endiguer le flux de diamants de guerre, diamants bruts utilisés par les mouvements rebelles pour financer des guerres contre des gouvernements légitimes. Néanmoins, hier, au moment de cette réunion à Perth en Australie, les représentants de Pékin se sont opposés à la présence de Taïwan qui a été obligée de se retirer des discussions. Aujourd’hui au Parlement, le vice-ministre des affaires étrangères a déclaré que l’Australie, pays hôte de la conférence, a dû révoquer son invitation pour Taïwan, une décision qu’il a dit respecter.

 

Il a précisé qu’une lettre serait envoyée au responsable du Processus de Kimberley : « Nous écrirons une lettre pour exprimer notre position, mais ce ne sera pas une lettre de protestation, car toute protestation devrait avant tout être dirigée vers la Chine. L’Australie a été très amicale en nous invitant et a toujours insisté sur ses droits propres. Le pays d’accueil a en effet le droit d’inviter des observateurs à participer. »

 

Lors de l’inauguration le 2 mai, la délégation chinoise a commencé à gronder et aurait interrompu à plusieurs reprises le discours d’inauguration en exigeant que la délégation taïwanaise soit expulsée de la conférence, une attitude qui a été jugée inhabituelle et irrespectueuse par les représentants australiens. Plusieurs journaux comme le Sydney Morning Herald, le Foreign Policy ou le Daily Mail ont d’ailleurs rapporté cette affaire jugée scandaleuse.