Taiwan n’écarte pas sa participation au projet chinois de la « nouvelle route de la soie »

28

Alors que le gouvernement oeuvre pour renforcer les échanges avec les pays d’Asie du Sud-Est et du Sud, la Chine s’efforce aussi d’étendre son influence au niveau mondial. La politique vers le sud de Taiwan serait-elle affectée par le projet de Pékin intitulé « une ceinture une route » ? Aujourd’hui, le Parlement a invité le pouvoir exécutif à analyser ce dossier ainsi que les éventuelles portées de la politique du président américain Donald Trump qui favorise les accords bilatéraux au détriment des accords de libre-échange multilatéraux.

 

Le vice président de la commission ministérielle des affaires continentales Chiu Chui-cheng (邱垂正) s’est expliqué concernant le projet chinois. « La nouvelle politique vers le sud et ‘une ceinture une route’ ne sont pas du tout du même genre. Malgré leur intérêt commun dans le développement régional, les deux rives disposent de conditions favorables différentes. Nous n’écartons pas la possibilité de discuter avec l’autre rive, au moment propice, des projets de coopération qui peuvent favoriser non seulement la politique vers le sud mais aussi les relations interdétroit. Ceci pourrait permettre d’établir un nouveau modèle de coopération régionale. »

 

Pour sa part, le bureau de la sécurité nationale a indiqué que la Chine vise plus particulièrement la mise en place d’infrastructures alors que Taiwan promeut le commerce électronique et l’échange de personnel. Par ailleurs, le bureau a avancé que la menace ressentie par certains pays concernés par l’ambitieux projet chinois pourrait éventuellement pousser ces derniers à coopérer avec Taiwan pour des raisons géopolitiques.