Importer ou ne pas importer, telle est la question taiwanaise sur le porc américain

50

Le comité écologique du Parlement prévoit d’étudier le projet d’amendement de la loi sur la gestion de la sécurité et de l’hygiène alimentaire le 31 mai prochain. L’une des orientations de l’amendement est d’interdire toute trace de résidu de bêta-agonistes dans le porc.

 

Lorsque Taiwan avait amendé la loi en 2012 concernant les traces de ces produits chimiques pour importer le boeuf américain, le pays avait spécifiquement indiqué que cette ouverture ne concernait que le boeuf.

Néanmoins, avec les efforts continus des Etats-Unis sur la vente de la viande de porc américain à Taiwan, certains députés souhaitent renforcer la loi pour éviter l’importation du porc contenant des traces de résidus des bêta-agonistes.

 

Face aux préparatifs des députés, Chen Chi-Chung (陳吉仲), président adjoint de la commission ministérielle de l’agriculture, a réitéré la position de son organisme : « Notre politique actuelle est ne ne pas utiliser la ractopamine et cette politique ne devrait pas changer à l’avenir. C’est une manière de démontrer les caractéristiques et les compétitivités des produits d’élevage domestiques. La position actuelle de notre commission est de ne pas accepter les additifs bêta-agonistes. »

 

De son côté, le ministère de la santé a précisé qu’aussi longtemps que la commission ministérielle de l’agriculture ne lève pas ses interdictions, il ne définira pas de quantité maximale de résidus de ractopamine. Par conséquent, amender la loi à l’heure actuelle ne s’avère pas une nécessité.