Taiwan lance une 2e vague d’assouplissement des visas dans le cadre de sa nouvelle politique vers le Sud

36

La diplomatie taiwanaise a annoncé l’entrée en vigueur à compter de ce jeudi 1er juin de nouvelles mesures d’assouplissement des visas dans le but de promouvoir davantage d’interactions et d’échanges avec les pays ciblés dans la nouvelle politique vers le Sud engagée l’année dernière par le gouvernement.

 

Trois mesures d’assouplissement sont annoncées : tout d’abord, les ressortissants des sept pays concernés, à savoir l’Inde, l’Indonésie, les Philippines, le Vietnam, le Myanmar, le Cambodge et le Laos, s’étant déjà rendues à Taiwan au moins une fois dans les 10 denières années n’ont besoin désormais que d’une demande en ligne pour un certificat de séjour au lieu d’un visa touristique. Ces mesures ne couvrent pas les personnes étant venues avec un visa de travailleur immigré.

Ensuite, les ressortissants du Sri Lanka et du Bhoutan sont désormais admissibles à un visa touristique. Taiwan a également simplifié les procédures de demande de visa d’affaires pour ces derniers ressortissants.

Quant aux déplacements d’ordre commercial, un visa électronique d’affaires est accordé aux ressortissants d’Inde, du Bangladesh, du Sri Lanka, du Népal, du Bhoutan, du Pakistan et de l’Iran, sur recommandation de l’antenne locale du Taitra dans ces pays.

 

La porte-parole de la Diplomatie, Eleanor Wang (王珮玲), a indiqué les objectifs attendus par la mise en place de cet assouplissement : « Cela devrait encourager davantage de visiteurs des pays ciblés par notre nouvelle politique vers le sud à se rendre à Taiwan pour le tourisme ou les affaires. Cette nouvelle étape cherche à élargir et approfondir les interactions ainsi que les échanges et coopérations à tous les niveaux avec ces pays. »

 

D’après les estimations de la diplomatie, 1,35 millions de personnes bénéficieront de ce traitement préférentiel. Rappelons qu’il s’agit de la deuxième vague d’assouplissement de ce type mis en place par le gouvernement taiwanais pour encourager les échanges et coopérations avec les pays de l’Asie du Sud-Est.