Une ONG taïwanaise appelle le gouvernement taïwanais à être plus courageux dans sa réaction au dossier de Lee Ming-che

32

Le Parlement européen a voté ce jeudi une résolution afin d’appeler la Chine à relâcher le dissident chinois prix Nobel de la paix Liu Xiaobo [劉曉波] et le militant taïwanais Lee Ming-che [李明哲]. Par ailleurs, puisque l’organe chargé des « disparitions forcées » des Nations unies a récemment accepté officiellement d’examiner le cas de Lee Ming-che, ces deux développements ont incité la communauté internationale à porter davantage d’attention au cas de ce militant taïwanais détenu en Chine depuis plus de 100 jours.

 

Aujourd’hui, la député You Mei-nu [尤美女] et l’association de Taïwan pour les droits de l’Homme (TAHR) ont tenu une conférence de presse à l’occasion du second anniversaire de l’affaire du 9 juillet lorsque la Chine a conduit une grande vague d’arrestations contre des avocats et des militants des droits humains. Au cours de la conférence de presse, elles ont appelé la Chine à relâcher Lee Ming-che, Liu Xiaobo ainsi que les divers avocats et activistes détenus sur le continent et à respecter le droit international.

 

Réagissant à la résolution du Parlement européen, Chiu Yi-ling [邱伊翎], secrétaire générale de la TAHR, a souligné que ce genre d’action était rare à Taïwan, même parmi les commissions inter-partis du Parlement : « En comparaison à la communauté internationale qui adopte une approche dynamique et s’exprime avec courage, les campagnes de soutien dans le pays et l’attitude de notre gouvernement sont par contraste plus discrètes. Nous devons absolument encourager l’ensemble des associations civiles, le gouvernement taïwanais et le Parlement à être plus courageux et actifs sur la scène internationale. »