Les nouveaux professeurs étrangers dans l’impossibilité d’enseigner depuis le vote d’une loi en juin

29

Afin de mettre un terme au harcèlement de la part d’enseignants dans les structures de cours du soir et de faire une sélection plus stricte du personnel, le Parlement a voté une loi afin que les candidats qui postulent pour la première fois à un poste de professeur fournissent un justificatif de bon comportement, comme un extrait du casier judiciaire. Néanmoins, aujourd’hui, des membres de l’enseignement des cours du soir et le député KMT Chen Shei-saint [陳學聖] ont tenu une conférence de presse pour soulever les problèmes causés par cette loi. Ces derniers ont indiqué que les justificatifs en question peuvent poser un problème aux enseignants étrangers à Taïwan, puisque dans le cas des Etats-Unis par exemple, obtenir un extrait du casier judiciaire demande plus de six mois.

 

Su yu-kuo [蘇裕國], un membre du ministère du travail, a soulevé comme solution temporaire la possibilité d’écrire une attestation sur l’honneur pour les enseignants dans cette situation : « Lorsqu’ils feront leur demande pour une autorisation de travail, ils pourront tout d’abord fournir une attestation sur l’honneur. Nous envisagerons alors de leur accorder une autorisation de travail temporaire et si au bout d’un laps de temps donné ils n’ont toujours pas fourni de justificatif, nous procéderons à leur licenciement. »