L’établissement d’un seuil de radioactivité pour des aliments animaliers crée la controverse

35

Il y a quelques jours, la commission ministérielle de l’agriculture a annoncé que les produits animaliers, les engrais et les alves d’anguille, soit des produits non consommés par les humains, ne devront désormais pas dépasser un certain seuil de radioactivité. Ce seuil est déjà en vigueur pour les engrais et les alves depuis le 1er août. Quant à la date d’application du seuil pour les produits animaliers, elle sera dévoilée demain. Cette annonce a provoqué des interrogations à Taïwan où l’on se demande si le gouvernement n’est pas en train d’ouvrir une voie à l’importation de produits en provenance des cinq zones touchées par la catastrophe nucléaire de Fukushima au Japon.

 

Toutefois, Lin Chia-jung [林家榮], vice-chef du département international de la commission ministérielle de l’agriculture, a démenti : « Si de telles mesures ont été prises, c’est parce que pendant les discussions depuis un an à propos de la sécurité des aliments en provenance du Japon, nous avons tenu compte des avis de groupes civiques, de certains consommateurs et de spécialistes vis-à-vis de ces produits non destinés à la consommation humaine. C’est pour cela que nous avons établi un nouveau système de contrôle et pris de nouvelles mesures. Mais en réalité, ceci n’a rien à voir avec la question de réouvrir ou non l’importation aux produits en provenance de certaines régions du Japon. » Le porte-parole du gouvernement Hsu Kuo-yung [徐國勇] a de son côté souligné qu’aucun test radioactif n’était jusque-là conduit sur ces produits et qu’il s’agit donc avant tout d’une mesure pour renforcer la sécurité.