Ko Wen-je n’exlut pas l’usage de barrières « cheval de frise » pour la cérémonie de fermeture de l’Universiade

39

A mesure que Taïwan remporte des médailles supplémentaires aux Universiades, l’évènement sportif internationale fait l’objet d’une attention toujours plus grande au niveau national. Selon les statistiques du bureau du développement de l’industrie de Taipei, plus de 60 % des billets des Universiades toutes catégories confondues étaient déjà vendus le 22 août. Par ailleurs, pour les compétitions qui ne sont pas encore déroulées, la moitié des places ont été achetées. Le Fédération internationale du sport universitaire (FISU) a aujourd’hui rappelé que les billets pour les compétitions sont des billets à la journée et fonctionnent sur le principe du « premier arrivé, premier servi ». Elle a ainsi recommandé aux personnes intéressées de se rendre aux billeteries de bonne heure pour être en mesure d’acheter des tickets.

 

Parallèlement, le maire de Taipei s’est rendu aujourd’hui au Centre de tennis de Taipei pour encourager les athlètes. Interrogé par les médias à propos des mesures de sécurité pour la cérémonie de fermeture, ce dernier a fait part qu’il n’excluait pas l’usage de barrières « cheval de frise » : « Je suis d’avis que l’on utilise des barrières cheval de frise et qu’on ne gaspille pas d’énormes ressources policières en faisant de nos hommes des boucliers humains simplement parce que l’on a peur que ce ne soit pas beau à voir. Je ne suis pas favorable à cela. C’est pourquoi j’ai dit au chef de la police que s’il juge que des groupes protestataires seront présents le moment venu, alors il faut sortir les barrières. ». Le maire espère en outre que les forces de police pourront garder leur position et faire en sorte que les Jeux se passent le mieux possible.